STÉCRITURE / approcher Lacan

Nous n’allons pas tout le temps, quand nous nous adressons à l’autre, nous exprimer par la voie du trait d’esprit. Si nous pouvions le faire, nous serions plus heureux d’une certaine façon. C’est pendant le court temps du discours que je vous adresse ce que j’essaye de faire. Je n’y parviens pas toujours.

Jacques Lacan, sém. Les formations de l’inconscient, 8 janvier 1958

Lacan a inventé quantité de néologismes, pourtant il ne cherche pas à les intégrer dans la langue courante, mais tout au contraire, à faire un écart par rapport à son cours. Ils tentent de secouer le lecteur en visant la singularité maximale. Avec bien d’autres à l’École lacanienne, c’est à cette secousse que j’ai été sensible. Elle a donné lieu au glossaire suivant : Marcel Bénabou, Laurent Cornaz, Dominique de Liège, Yan Pélissier, 789 néologismes de Jacques Lacan. C’est une des façons d’approcher Lacan, d’autres façons sont bien sûr nécessaires. On en trouvera l’écho dans les articles et vidéos ci-dessous.

Stécriture : Vous ne comprenez pas stécriture. Tant mieux, ce sera raison de l’expliquer. Et si ça reste en plan, vous en serez quitte pour l’embarras. Voyez, pour ce qui m’en reste, moi j’y survis. Encore faut-il que l’embarras soit sérieux pour que ça compte.

J. Lacan, Postface au séminaire Les quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse, 01/01/73.

  • « 789 néologismes de Jacques Lacan, réactions en échos et gloses sur un glossaire », publié dans la revue Litoral sous le titre 789 néologismes de Jacques Lacan, reacciones conecos y glosas sobre un glossario. Cet article déplie les enjeux théoriques des néologismes de Jacques Lacan.
  • « Traitement héroïque ! User avec la langue, ou langue-saignement Roussel », un article en deux parties. La première partie, « Raymond Roussel, poète assez familionnaire des mots » détaille et confirme l’intuition de Michel Foucault d’une « matrice générale qui pourrait rendre compte des textes sans procédés et des textes avec procédés » dans l’œuvre de Raymond Roussel. La seconde « Jacques Lacan, poète assez roussellien » confirme l’intuition de Jean-Claude Milner considérant les néologismes de Lacan comme des mathèmes mais soutient, à l’encontre de la thèse de Milner dans L’Œuvre claire, que certains ont le statut de vrais mathèmes.
  • « La compacité » est un article exposant une notion de topologie générale, celle de compacité que Lacan utilise dans la première leçon du séminaire Encore. Cet article est directement articulé à un travail de transcription de ce séminaire et montre que, contrairement à ce que Sokal et Bricmont dénonçaient dans Impostures intellectuelles, Lacan connaissait parfaitement cette notion. L’article montre que l’erreur de ces auteurs tient à leur source, soit la version fautive du séminaire de Lacan transcrite par Jacques-Alain Miller et publiée au Seuil.
  • La cuisine de Lacan est une autre façon, beaucoup plus ludique, d’approcher la topologie lacanienne. Nous livrons ici deux recettes vidéos Le tore farci au faux trou et Le bord du trou du tore lié à la sauce borromée à son âme et à son axe.
  • Stécriture a été le nom d’une tentative d’établissement critique des séminaires de Lacan par des membres de l’École lacanienne de psychanalyse. Voir à ce sujet ce dialogue entre Jacques-Alain Miller et Danielle Arnoux.