En danois / På dansk

Når man overvejer at påbegynde en psykoterapi eller en psykoanalyse er det, som regel, fordi man oplever at have nogle tilbagevendende vanskeligheder man ikke rigtigt forstår. Allerede at henvende sig er et skridt hen imod et åbent møde med det som hæmmer eller volder smerte.

I de 40 år jeg har taget imod henvendelser — det være sig som privatpraktiserende psykoanalytiker, som direktør på en offentlig institution med ”terapeutiske lejligheder” eller som hospitalspsykolog — har spørgsmålet om hvad et symptom siger stået centralt i mit arbejde. Det har jeg givet udtryk for, og fortsætter med at gøre, sammen med andre, bl.a. ved hjælp af udstillinger og foredrag som er offentligt tilgængelige — se her på siden under Schizomètres / se passer du diagnostic. Men at indrette et rum hvor noget det er svært at sige kan komme til orde, sker sommetider på bekostning af de klassiske psykoanalytiske rammer. Det er en pris man må betale, når det gælder om at komme “patienten” i møde. Jeg forholder mig til dette her: Foliesophie / accueillir un dire.

Quand on envisage de commencer une psychothérapie ou une psychanalyse c’est, en général parce qu’on est confronté à des difficultés récurrentes qu’on ne s’explique pas bien. Décider de prendre rendez-vous, c’est déjà faire le pari d’une plus grande liberté face à ce qui inhibe ou fait souffrir.

Depuis quarante ans, que ce soit comme psychanalyste en cabinet, comme directeur d’appartements thérapeutiques ou comme psychologue en hôpital de jour, la question d’accueillir un dire ou ce qu’un symptôme exprime sans le mettre dans une case a toujours été au centre de ma pratique. J’en ai témoigné, et continue de le faire avec d’autres, au travers d’une exposition et des conférences auxquelles vous pouvez accéder à l’onglet Schizomètres / se passer du diagnostic. Mais ménager un lieu d’accueil à un dire nécessite parfois de sortir du cadre psychanalytique classique en effectuant un mouvement vers le « patient ». C’est de ce mouvement, et de ses risques pour l’analyse, dont je témoigne à l’onglet Foliesophie / accueillir un dire.     

Je vous accueille pour une demande d’analyse, de psychothérapie ou une supervision.

J’accueille aussi les demandes de supervisions ou d’analyse des pratiques d’équipes du secteur sanitaire et social sur Paris et la région parisienne.

Quand on envisage de commencer une psychanalyse où une psychothérapie, c’est en général, parce qu’on est confronté à des difficultés qui se répètent sans qu’on en comprenne le sens. Depuis quarante ans, que ce soit comme psychanalyste en cabinet ou avec des enfants dans un centre de consultation, comme directeur d’appartements thérapeutiques ou comme psychologue en hôpital de jour, la question d’accueillir ce qui est dit ou ce qu’un symptôme exprime sans le mettre dans une case a toujours été au centre de ma pratique. J’en ai témoigné, et continue de le faire avec d’autres, au travers d’une exposition et des conférences auxquelles vous pouvez accéder à l’onglet Schizomètre / se passer du diagnostic. Mais ménager un lieu d’accueil à un dire nécessite parfois de sortir du cadre psychanalytique classique en effectuant un mouvement vers le « patient ». C’est de ce mouvement dont je témoigne à l’onglet Foliesophie / accueillir un dire.

Prendre rendez-vous

Le cabinet se trouve au 9 Villa Manin, Paris 19ème, dans une ruelle piétonne située entre la Rue des Carrières d’Amérique et la Rue de la Solidarité, dans un triangle entre le parc des Buttes-Chaumont, le parc de la Villette et le parc de la Butte du Chapeau-Rouge.

comment venir

en transport en commun

Vous pouvez venir de la Place d’Italie et de République, ou de Bobigny, par la ligne 5, arrêt Porte de Pantin ; du 10ème arrondissement par la ligne 7B, arrêt Danube ; de la porte de Vincennes à la Porte d’Asnières par la ligne de tramway T3b, arrêt Butte du Chapeau-Rouge. Vous pouvez aussi venir en bus de Ménilmontant et de Belleville par la ligne de bus 71, arrêt Goubet ; ou de Notre-Dame en passant par République par la ligne de bus 75, arrêt Général Cochet. Tous ces arrêts se trouvent dans un rayon de moins de 500m.

Par téléphone au 06 32 68 65 63

à pied

Si une dizaine de minutes de marche au travers des jardinets du quartier de la Mouzaïa ne vous rebute pas, vous disposez d’un accès très rapide à Châtelet par la ligne de métro 11, arrêt Place des Fêtes. Le même temps de marche vous sépare de la Mairie du Pré Saint Gervais (vous passerez même par la rue Sigmund Freud !). Mais depuis Pantin ou Les Lilas vous préférerez peut-être prendre le tramway sur deux stations.

Vous pouvez aussi prendre rendez-vous en passant par le formulaire de contact.